Le journal du Blog : édition du 12 juillet 2010

Publié le juillet 12, 2010 dans la catégorie Actualités

Au programme de l’édition du 12 juillet 2010 : résumé de la finale Pays-Bas – Espagne (0-1), retour sur les révélations de Jérémy Toulalan et les à-côté du Mondial en Afrique du Sud.

.

Résumé de la finale

Pays-Bas 0-1 Espagne : Le dernier match de la compétition n’a pas atteint des sommets de virtuosité, bien au contraire. A l’image du niveau observé durant la majeure partie du Mondial, la rencontre a été particulièrement hachée et a offert peu d’occasions de but. La finale a au moins eu le mérite de récompenser l’équipe la plus dominatrice, la plus joueuse et (surtout) la plus fair-play.

La Furia Roja aura amplement mérité son titre. Au vu de niveau de son parcours sans faute après sa défaite inaugurale contre la Suisse, c’est la meilleure équipe de la Coupe du Monde qui a gagné. Moins flamboyants qu’à l’Euro 2009, les hommes de Vincente Del Bosque ont gardé la mainmise sur le jeu et su conserver leur calme malgré les interventions adverses à la limite du concevable. Ils peuvent tout de même remercier Andrès Iniesta, unique buteur et à l’origine de l’expulsion de John Heitinga (et de nombreux autres cartons néerlandais).

Les Hollandais de leur côté, bien loin des préceptes de jeu de Rinus Michels et Johan Cruyff, subissent leur troisième défaite en finale pour autant de participations. On préfèrera rappeler les deux énormes occasions d’Arjen Robben en seconde période plutôt que les attentats répétés des joueurs bataves (Van Bommel, De Jong, Sneijder et Heitinga pour ne citer qu’eux) qui ont donné une piètre image des Oranje. Sans parler des propos de Dirk Kuyt après la rencontre.

L’homme en noir, un acteur décisif ? Howard Webb, très décrié de l’autre côté des Pyrénées à l’annonce de sa nomination pour la finale, a clairement raté son match. Incapable de sanctionner (avec justesse) la rudesse des joueurs de Bert Van Marwijk, on se demande encore comment la finale n’a pas fini en pugilat. De plus, l’action qui amène le but vient d’un six-mètres espagnol alors que les Pays-Bas devaient bénéficier d’un corner.

.

Les révélations de Jérémy Toulalan

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le milieu de terrain lyonnais est revenu sur le fiasco des Bleus en Afrique du Sud et a décrit son implication directe dans la mutinerie de Knysna. A propos d’un clan de meneurs à l’origine de la fronde, voici ce qu’il a raconté :

Personne n’a été menacé. Lors des réunions, personne n’a été bloqué pour sortir. Cinq ou six joueurs s’exprimaient, mais tout le monde avait le droit à la parole. Celui qui voulait aller s’entraîner aurait pu descendre du car. Mais faire des réunions, comme ça, en pleine Coupe du monde, c’était surréaliste… Il aurait peut-être d’abord fallu se parler sur le terrain. Cet esprit de corps qu’on a eu autour d’Anelka, il aurait fallu l’avoir en match. On a été unis, oui. Même quand on n’aurait pas dû l’être ! Quelque part, il aurait surtout fallu davantage de leaders. J’ai du mal à digérer de ne pas avoir eu le courage de me lever pour m’exprimer.

.

Les à-côté du Mondial

Les 80 000 spectateurs du Soccer City Stadium de Johannesburg ont pu voir Shakira, déjà présente en 2006 à Berlin pour la cérémonie de clôture du Mondial allemand ainsi qu’Africa United et une escadrille de l’armée de l’air sud-africaine. Dans le public figurait Nelson Mandela, que l’on disait très affecté par la mort de son arrière-petite-fille, et qui a tout de même tenu à participer à la cérémonie.


Déposer un commentaire