Domenech sort de son mutisme

Publié le février 17, 2011 dans la catégorie Actualités

Huit mois après sa dernière sortie médiatique, Raymond Domenech, le désormais ex-sélectionneur des Bleus, a accordé un entretien exclusif au journal L’Express, dans lequel il livre son point sur les évènements liés à la Coupe du Monde 2010. Cette interview, réalisée en présence de son avocat et de son conseiller en communication, s’inscrit dans sa stratégie de retour. Non dénuée de provocation, du Raymond dans le texte. Évidemment, les réactions ne se sont pas faites attendre.

Un retour programmé

Toujours bien entouré de ses conseillers, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de football respecte son plan de communication à la lettre. Fini les sms pour affirmer qu’il n’est pas disponible. L’objectif ? Soigner son image, tourner la page et ouvrir la porte à son retour. Et comme il le dit :

C’est comme en amour, il faut avoir oublié une femme pour en aimer une autre.

Les joueurs en prennent pour leur grade

Sur le fiasco des Bleus en Afrique du Sud, il déplore la grève des joueurs et leur comportement global. S’il avoue s’être peut-être trompé sur le choix des joueurs, il affirme que c’était très facile pour les joueurs de communiquer avec l’extérieur, le meilleur exemple en est la Une de L’Équipe. Faisant référence à leur mutinerie dans le bus, ils les considèrent comme « une bande de sales gosses inconscients ».

Et maintenant ?

Son programme depuis l’élimination de la Coupe du Monde est resté bien chargé. Entre famille, syndicat des entraîneurs et entraînement des jeunes enfants, son quotidien est rempli. Et depuis son licenciement par la Fédération (FFF), on l’a aussi vu dans une publicité (pour le poker) mais il a reçu plusieurs propositions pour le théâtre, le cinéma. Selon lui, le septième  art l’envisage en homme sage, prêt à jouer des rôles de grand-pères et expliquer la vie. Et de conclure :

Finalement, le monde du cinéma me connaît mieux que celui du football.

Quelques réactions

Les joueurs, anciens joueurs et responsables politiques n’ont pas tardé à répliquer. Parmi eux, citons l’ancien latéral gauche champion du monde 1998 Bixente Lizarazu, qui dénonce un « manipulateur ». Le Basque a déclaré à RTL qu’il avait passé énormément de temps à discuter football avec lui, sans jamais obtenir de réponse.

William Gallas a lui aussi réagi vivement aux critiques de l’ex-sélectionneur. Le défenseur central a conseillé à Raymond Domenech de se regarder un peu avant de parler.

Quant à Roselyne Bachelot, elle a répondu qu’avec une telle responsabilité, la décence impose de garder le silence. Il semble que les huit mois de silence de l’ancien coach n’aient pas été assez longs.


Déposer un commentaire